GoogleEarth_Image

Cliquez pour agrandir

« Marckolsheim, commune de plaine au centre de la Région Alsace, dans le département du Bas-Rhin, située sur l’Ischert, ruisseau phréatique de 23 km de long qui naît près d’Artzenheim (Haut-Rhin) et qui se jette dans le Rhin plus au nord, sur le territoire de la commune de Rhinau. Marckolsheim se trouve dans le canton du même nom dont elle est le chef-lieu (21 communes), arrondissement de Sélestat, à 4 km du Rhin et de la frontière avec l’Allemagne.
C’est la commune la plus méridionale du département, à 4,5 km de la limite avec le Haut-Rhin, à 20 km au nord-est de Colmar, à 14 km au sud-est de Sélestat et à 60 km au sud de Strasbourg.
Elle est située au carrefour d’une route nord-sud longeant le Rhin et d’un autre axe allant de Nancy au Rhin, via Senones, le col de Steige, le val de Villé et Sélestat ».

Telle pourrait être le début d’une rapide notice de présentation géographique de la « capitale du Ried ».
Le Ried ? C’est un vieux terme allemand autrefois utilisé le roseau et qui a fini par désigner les paysages où il pousse, en l’occurrence ici le Ried du Centre Alsace alias « Grand Ried », dont les limites extérieures correspondent, outre Marckolsheim, aux communes de Sélestat, Benfeld et Rhinau.
La commune voisine de Sasbach, en Allemagne, tire d’ailleurs elle-même son nom de la même origine, le mot de « vieux haut allemand » sahs alias sahar signifiant également « roseau ». C’est un pays de terres humides, fréquemment inondées, avec le long du Rhin une forêt rhénane à la riche flore et faune.
Le site originel de la commune correspond en fait à un îlot limoneux, reste d’une levée alluviale rhénane remontant à l’Holocène, la dernière période de l’ère Quaternaire (-10.000 ans). Un îlot qui invita de premiers hommes à s’installer sur ce site il y a des milliers d’années, site qu’ils ont occupé depuis de façon discontinue, à un endroit associant ainsi idéalement prairie fertile, forêt giboyeuse et cours d’eau poissonneux…

Texte inédit, reproduction interdite sans autorisation, notamment sur Wikipedia

 

eleifend diam tempus libero quis non risus porta. efficitur. dolor Sed